Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mardi 22 mars 2016

Un mois à l'école des Souris vertes de St-Dié

Ainsi donc, le mois passé dans les Vosges autour de la naissance de Raoudi aura permis à Minimog d'être scolarisée dans une école Montessori.
Encore que, je n'aime pas réduire l'école des Souris Vertes à une Ecole Montessori parce que je trouve qu'elle est bien plus que cela.
(Pour info : j'avais déjà présenté l'école, visitée il y a quelques temps et j'en avais fait un article).

Tout un panel de connaissances qui s'ouvre à l'enfant
Plus qu'une école, un lieu de vie.

J'aimerais vraiment mettre en avant certaines caractéristiques de cette école qui la différencie pleinement d'une école Montessori « de base » où les enfants font des plateaux du soir au matin pour 800 € par mois (voire plus!).


*Certes, la pédagogie appliquée de base est bien la pédagogie Montessori, et on trouve dans cette école tout le matériel attendu. Mais finalement, les activités montessoriennes n'occupent pas forcément la plus grande partie de la journée des enfants.
Plantation d'un mirabellier dans la "cour" de l'école
→ les enfants passent pas mal de temps DEHORS. La « cour » de l'école est un grand espace vert herbeux où l'on trouve aussi des lapins, une balançoire, un portique sportif, un potager, etc. La récréation peut se prolonger jusqu'à midi lors des séances de jardinage et je trouve ça très bien. Mon père, qui pourtant avoue que « dehors il ne s'ennuie jamais » me demandait « mais, que peuvent bien apprendre les enfants en restant dehors la moitié de la matinée ? ». Mais TOUT !! Certes, le fait de rester dans un endroit fixe n'équivaut pas à une balade en foret mais pour ma part, j'étais ravie. Et s'ils n'apprennent « rien » au moins ces enfants se défoulent, respirent, habitent leurs corps, vivent.
Initiation au judo
→ les après midi sont consacrés à des activités diverses qui pendant le mois où Minimog y était variaient du judo à la généalogie en passant par le yoga, la lecture, l'apprentissage de l'allemand ou l'initiation à la couture et au tissage. 


*Il est possible de choisir le planning de mise à l'école des enfants.
Puisque la méthode d'apprentissage Montessori est assez individualiste, elle n'oblige pas les enfants à suivre un programme figé et à faire acte de présence tous les jours. Du coup, il est possible de scolariser son enfant même 1 seul jour par semaine. C'est le cas d'un des élèves qui est par ailleurs en non sco le reste de la semaine.
Pour moi c'est un point ultra positif parce que, pour ma part, j'adorerais pouvoir faire de même en scolarisant Minimog à temps partiel, ce qui me permettrait de garder un job à temps partiel tout en allégeant notre semaine et en associant découvertes à l'école et à la maison. De plus les frais de scolarité se calculent au prorata du temps passé à l'école.

Le hall d'accueil où se déroulent les réunions de la LLL locale
* L'école est un lieu d'accueil pour les initiatives alternatives. Elle accueille par exemple des réunions de la Leche league, deux personnes de l'association "Lire et faire lire" viennent chaque vendredi pour partager des histoires avec les enfants et l'école est en lien avec l'association "Naître allaiter grandir" pour laquelle l'une des éducatrices anime des ateliers "langage des signes". On y trouve aussi de l'information sur les initiatives locales (habitat collectif, projection cinématographiques, rencontres, débats, recherches de bénévoles) ainsi que de la documentation sur les pratiques alternatives (principalement en parentalité mais pas seulement). Dans une bibliothèque du vestibule sont mis à disposition des livres à destination des enfants mais aussi des parents où l'on trouve de quoi lire sur l'allaitement, le portage, l'éducation bienveillante, Maria Montessori évidemment, etc.
Il va sans dire que les éducatrices sont du coup elles-mêmes sensibilisées à la CNV et autres formes de communication bienveillantes qu'elles appliquent avec les enfants.

* le projet s'ancre dans la vie locale. Afin de minimiser les dépenses des parents mais pas seulement, les activités annexes sont très majoritairement proposées bénévolement par des parents et des gens du cru. C'est ainsi que mes parents ont été convié à proposer un atelier d'initiation aux danses médiévales et que j'ai proposé à l'école de contacter une amie de mes parents pour renforcer l'apprentissage de la langue allemande par des animations de son crû.
Promenade équestre au beau milieu des splendides couleurs de l'automne vosgiens.

* c'est une école où les parents ont un rôle à jouer. D'emblée, sur le formulaire d'inscription, on vous demande comment vous souhaitez participer au projet de l'école – de la recherche de subventions au nettoyage des locaux -et si vous pouvez proposer des animations pour les enfants.
Sur le coup je me demandais ce que j'aurais bien pu apporter à ce niveau d'ailleurs. Et finalement, aujourd’hui je me dis que j'aurais eu pllllein de choses à proposer. Et je regrette tellement que l'école actuelle de Minimog ne me laisse pas la possibilité de plus m'impliquer !! Moi qui adore soutenir des projets et qui ait une grosse expérience du bénévolat associatif, j'aurais adoré.
D'ailleurs en inscrivant leurs enfants dans cette école associative, les parents adhèrent à l'association et en deviennent du coup des membres actifs. Expérience que je n'ai pu vivre vu la durée de scolarisation qui nous concernait mais que je trouve ô combien intéressante. D'un autre côté, cela fragilise aussi le projet. Grâce à ce système d'entraide, les frais de scolarité sont très bas (250€ mensuels à temps plein) mais si les parents ne sont pas au rendez-vous pour aider l'école à vivre et à avancer, rien n'est possible. C'est moins facile que de se contenter de payer une institution qui fonctionne d'elle-même mais cela met les gens face à leurs intentions et leurs valeurs. Je pense que l'état d'esprit et le vécu en sont radicalement changé.

* Aux Souris Vertes, j'ai accompagné Minimog dans toutes les activités nécessitant des déplacements avec mon fils âgé de quelques semaines -musée, poney, judo- sans que ça ne pose de souci à personne. C'est une école qui accueille tout le monde et qui s'enrichit de la présence de jeunes gens ayant des handicaps divers (physiques, sociaux, mentaux).

Bref, les souris vertes, c'est une école de la vie et une école où l'on s'implique, ou l'on s'ENGAGE. C'est un vrai projet associatif et participatif et pas seulement une énième institution dans laquelle on dépose ses enfants pour les reprendre à 16h tous les jours, quelque soit la pédagogie appliquée.


Et Minimog dans tout ça ?

Bon, ma fille est du genre à bien s'acclimater un peu partout, elle est ouverte et très sociable donc elle n'a pas mis longtemps à se sentir à l'aise. Le seul petit truc qui coinçait au début c'est qu'elle avait du mal à aller chercher ses propres activités. Elle attendait à une table qu'on lui amène ce qu'elle devait faire. Mais avant la fin de la première semaine elle s'était familiarisée avec le principe (tu m'étonnes!).
Au départ, je suivais le même rythme qu'à l'école habituelle à savoir 4 matinées par semaine. Puis Minimog a voulu aller à la « cantine » (un réfectoire où les enfants mangent un repas fourni par les parents), puis elle a été demandeuse pour rester les après midi avec sa copine. Techniquement les activités étaient plutôt faites pour les plus grands mais strictement personne ne s'attendait à ce que les petits suivent les activités jusqu'au bout. Ils sont les bienvenus mais peuvent décrocher quand ils le veulent. J'ai des souvenirs touchants en venant rechercher ma fille le soir de la voir jouer avec les autres petits sous le meuble bibliothèque transformé en cabane, ou de la surprendre dans sa salle de classe désertée en train de discuter avec sa copine, ma fille assise sur le lit (oui, le LIT de la classe!) et sa copine faisant la vaisselle – une vision que je n'aurais jamais dans une classe classique.

Ou lors de sa première séance de judo : à mesure que le temps passait et que les exercices se complexifiaient, les deux petiotes ont commencé à décrocher. La maman qui guidait la séance les a laissé jouer à leur guise à côté des plus grands, à la seule condition qu'elles ne gênent pas le bon déroulement de la séance. Les pitchounettes ont commencé à construire des trucs avec les plots à leur disposition sans gêner personne. Je rappelle m'être dit : « elles apprennent, elles construisent des choses, elles se sont fait leur propre petit projet et on les laisse faire, c'est génial ». Ça n'a aucunement gêné les autres enfants qui s'amusaient suffisamment à poursuivre la séance pour ne pas avoir envie de faire autre chose.
Si on avait été à l'école classique, on les aurait forcé à suivre le cours jusqu'au bout : cela aurait généré des conflits, elles auraient perdu du plaisir, ça aurait très sûrement encore plus perturbé la séance des autres et elles n'en auraient rien retiré, ni sur la construction, ni sur le judo.

video



C'est une des choses qui surprend le plus : cette ambiance hyper cool qui règne dans cette école. Une ambiance qui dérouterait voire inquiéterait des personnes attachées à la vision classique de l'école comme lieu d'obéissance et de discipline. Aucun enfant n'est forcé, et s'ils ne font pas tout ce qu'ils veulent (dieu merci!), si une marge de liberté peut leur être donnée, on la leur donne.
Je pense que c'est ce qui a permis à Minimog de rester des journées entières là-bas sans être épuisée alors qu'à la maison j'ai minimisé son temps de présence à l'école car elle est très fatiguée depuis la rentrée. Paradoxalement, alors même que dans cette école j'avais la possibilité de la laisser à temps partiel, on a fini par la mettre à 80% du temps sans souci.

video

Et au niveau des apprentissages alors ?
Après une dizaine de jour j'ai demandé à une des éducatrices à quoi s'intéressait ma fille en classe: 
- Regain d’intérêt pour les ouvertures diverses et les cadenas : un grand classique chez nous depuis ses 18 mois.
- Première surprise, elle utilisait beaucoup les blocs de cylindre. Pour ma fille qui n'avait jusque là aucun goût pour les emboîtements d'aucune sorte c'était inattendu. Je suis d'ailleurs convaincue que sa passion récente pour les puzzles vient de là.
- Deuxième énorme surprise : on me parle des lettres rugueuses !!! Minimog n'avait alors jamais montré le moindre signe d’intérêt pour les signes écrits et là son intérêt était tel qu'on lui a permis de s'initier à l’alphabet en bois alors qu'elle n'avait effectué aucune des étapes préliminaires parce qu'elle était apparemment très demandeuse. En fait les éducatrices lui proposaient de faire des mises en paire avec les lettres. J'ai vraiment apprécié cette capacité à faire des entorses au programme pour permettre à ma fille de suivre son cheminement personnel.
Visite au musée de la musique local

Voici le bilan de ce qu'elle a fait en un mois, établi par les éducatrices. (c'est ce qu'elle avait choisi de reprendre parmi ce qui lui avait été proposé) : 
- cadres à fermetures (boutons, éclair, ...), 
- peinture, 
- calligraphie au crayon (tracés des formes, motifs de traits et ronds), 
- calligraphie à la craie, 
- décalquer, 
- initiation à l'allemand, 
- puzzles (de 2 à 15 pièces) - ça me fait rire aujourd'hui ^_^, 
- lacets à passer dans des trous, 
- laver un miroir, 
- balayer (elle adorait ça), 
- tour rose, 
- cadenas, 
- bloc des serrures et fermetures diverses, 
- compter (chanson), 
- motricité fine (travail de la pince ex : pince à épiler, pince à noix), 
- vocabulaire (petit mobilier, animaux), 
- verser des grosses graines, 
- clochettes (assembler deux sons semblables), 
- découper, coller, tailler des crayons, déchirer, 
- 1ère tablette rugueuse, 
- 1ère et 2ème boîte de couleurs, 
- emboîtements cylindriques, 
- pâte à modeler, 
- tri des boutons, 
- porter une chaise, enrouler un tapis, 
- mémory, 
- ouvrir et fermer des boîtes, 
- barres bleues (visualiser les quantités de 1 à 10), 
- début des lettres rugueuses.

En tous cas on ne pourra pas dire qu'elle n'aura « rien » appris. 

Je terminerai sur un point que j'ai bien apprécié : l'ambiance qui régnait entre parents. On s'attend évidemment à ce que les gens qui scolarisent leurs enfants dans ce type d'école aient un certain état d'esprit, et puis c'est peut être l'implication qui leur ait donné, ou le fait que nous mettions nos enfants dans une école « à part », ou la petitesse de cette école, mais j'ai en tous cas eu le sentiment que nous étions accueilli dans un groupe. Et quand je dis « nous » c'est toute la famille en fait. « Bonjour je ne t'ai jamais vu non ? Moi c'est B. et toi ? Ce sont tes enfants ? ». J'emmène assez peu ma fille à son école mais en tous cas, je n'ai jamais eu l'impression qu'il y régnait une telle convivialité, une telle ouverture.


Est-ce que ça a vraiment fait une différence ?

Pour Minimog, on avait clarifié les choses dès le début, elle savait que ce serait temporaire et je crois qu'elle l'avait très bien intégré. Au retour, elle était ravie de retrouver sa nounou, ses copains. Si je lui demande quelle école elle préfère, elle choisit son école actuelle. Mais je ne crois pas que ses critères soient les mêmes que les miens (ce qui me prouve quand même qu'elle se sent bien dans son école actuelle et ça me rassure!). Cependant elle dit avoir bien aimé l'école des Souris Vertes et elle m'en reparle régulièrement.
Et pour moi il est clair que son niveau d'apprentissage aurait été beaucoup plus avancé en suivant le cursus Montessori.

Pour moi ce fut plus dur au début. Je suis revenue de ce mois passé dans les Vosges les larmes aux yeux. Quelle belle vie nous avons eu là bas ! Et grâce à l'école, je savais que si nous avions déménagé là-bas, nous aurions eu une vie sociale riche et intéressante en quelques semaines seulement. De retour chez nous, j'ai demandé à l'institutrice de pouvoir participer à des activités de l'école nécessitant la présence de parents mais on m'a fait gentillement comprendre qu'avec le bébé c'était « compliqué ». C'était le retour au classique.

Pour autant, j'ai vite ré-apprécié la vie que Minimog mène dans son école actuelle, même au regard d'une autre expérience. Dans les deux écoles, en termes pédagogiques, il y a du bon, dans les deux écoles, il y a deux femmes qui essayent chaque jour d'accompagner les enfants dans leur éveil avec bonté et foi (mais encore une fois, l'école de Minimog est vraiment à mes yeux une très bonne école, qui s'inspire d'ailleurs un peu de la pédagogie Montessori).
C'est sur le long terme que l'on verrait franchement la différence je pense, notamment à partir du primaire où là, la différence de pédagogie se ferait plus lourdement sentir et où on ne peut plus choisir le rythme de scolarisation de ses enfants.
Mais à notre niveau actuel, ce qui m'a le plus marqué et attiré dans cette école c'est l'ambiance : cette convivialité, cette liberté ambiante, cette ouverture, cet idéalisme aussi. Ce sentiment d'être entourés de gens qui partagent nos valeurs et de voir évoluer ma fille dans un environnement fondamentalement positif et bienveillant c'était hyper rassurant pour moi. Pas de guerre des marques, pas d’âgisme, pas d'étiquette, pas de punition, pas de compétition, pas de récompense autre que de s'enrichir intérieurement...

Certes, ce genre d'école reste inaccessible à certaines personnes en raison des frais de scolarité et soyons clairs, aucun enfant à ma connaissance n'était amené par une nounou (ce qui se conçoit aisément). Ce sont donc des parents à l'abri du besoin et disponibles (encore que, allez savoir si la soidarité entre parents ne pourrait pas compenser ce dernier point ?) qui peuvent prétendre mettre leurs enfants dans ce type de scolarité à l'heure actuelle. Mais la faute en revient à l'éducation nationale et certainement pas aux courageux qui remontent leurs manches pour offrir cette alternative.
 
Je repense souvent à cette école en me disant que si elle était implantée chez moi, j'aurais trouvé une solution qui m'aurait aidé à mieux dormir à me dire que j'aurais pu trouver un compromis, un lieu où j'aurais pu mettre mes enfants en toute confiance en sachant qu'ils pourraient apprendre sans qu'on les abîme. Un lieu où ils seraient acceptés comme ils sont et pour ce qu'ils sont. Un lieu ouvert sur le monde, dans son ensemble. Donc oui, j'y aurais mis mes enfants les yeux fermés.

L'école est aujourd’hui en expansion avec en projet l'ouverture d'une crèche et dans l'avenir, un collège.
Je profite de cet article pour saluer bien bas les deux mamans et éducatrices qui se sont lancées dans ce projet et qui le portent à bout de bras. Dieu sait que l'idée de monter une école alternative chez moi ça m'a travaillé longtemps mais elles, elles l'ont fait, elles le font, et quel projet magnifique ! Ouvert, généreux, humain. Vu que pendant longtemps elles étaient bénévoles, elles auraient pu se contenter de l'Ief et au lieu de cela, elles se sont lancées dans ce projet collectif qui fait le bonheur de plusieurs familles. C'est du courage et de la générosité et je souhaite une longue vie à ce projet.




6 commentaires:

  1. Joli portrait d'un chouette lieu ... ça donne envie d'habiter à côté!

    RépondreSupprimer
  2. Quel beau projet, j'aurais aimé pouvoir mettre mes enfants dans ce genre d'école.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord avec Nawel Zélie et Co !!! Ca donne très très envie ;)Ce qui m'intéresse beaucoup c'est l'accueil et l'implication des parents, ça change tout je trouve !

    RépondreSupprimer
  4. je découvre cet article et je baaaave !
    Notamment cette histoire de planning à la carte, ah là là, comme tu le dis si bien, cumuler emploi temps partiel, IEF, école temps partiel... Pour tout te dire je suis meme allée regarder le trajet en mode "et si un jour par semaine c'était faisable...?"
    Tu me diras comment tu as été amenée à aller y passer un mois comme ça, là ?
    Merci en tous cas de ce partage aussi complet, je trouve que ce genre d'expérience et d'article la relayant font avancer les choses, en montrant ce qui est POSSIBLE : ça donne faim...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes parents habitent dans le coin et comme mon projet de naissance m'obligeait à vivre chez eux pendant un mois,nous avons profiter de l'occasion pour inscrire Minimog pendant notre séjour. Comme le paiement de la scolarité se fait au mois, je me suis dit que c'était possible. Et ça le fut.
      C'est ma maman qui a payé les frais comme "cadeau de naissance ^_^" ou de grossesse plutôt.

      Supprimer
    2. Aah tout s’explique ! je me disais aussi, je ne comprenais pas comment tu / vous aviez pu vous extraire de votre vie / vos jobs pour un mois comme ça ;-)
      C’est génial d’avoir pu saisir la balle au bond comme ça !

      Supprimer