Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

jeudi 16 juin 2016

Liberté d'instruction ?

Sur le papier, en France, on est libre d'instruire son enfant comme on l'entend. On est obligé de l'instruire un minimum mais on est libre de comment on s'y prend.
...
Sur le papier...

Alors je ne vais même pas me lancer dans une diatribe sur le futur projet de réforme de l'IEF annoncé par notre chère ministre de l'éducation nationale parce que je vais devenir super mauvaise, mais ce qui est certain c'est que si il passe, la liberté d'instruire on s’assoira de dessus - sur le papier au moins.
("Nous ne contreviendrons pas à la liberté d'instruire mais vos enfants devront suivre les programmes à la lettre et être contrôlés régulièrement sous peine d'une rescolarisation forcée". Et le trophée de la langue de bois est attribué à .... Mais ça y est je deviens mauvaise....)

Enfin pour l'instant, on y est pas.

Sauf que, voilà, moi je n'ai pas envie que mes enfants aillent à l'école classique. Ou plutôt je n'ai pas envie de les y obliger. Si ils veulent y aller ils iront, mais j'aimerais bien pouvoir leur dire que si ils ne veulent pas y aller, ils ne seront pas obligés.

Déjà, je suis pas si exigeante, j'aimerais bien au moins qu'ils ne soient pas obligés d'y aller tous les jours. Depuis que j'ai mon temps partiel à 60% nous avons trouvé un équilibre assez sympa entre travail et vie de famille. 3 jours par semaine au boulot c'est bien assez et je me dis que 3 jours par semaine à l'école pour mes enfants ce serait bien assez aussi. Sauf que, passé la maternelle, ça je n'ai plus le droit de le faire.  
"Le mi-temps doit être inscrit dans le PPS" (Projet Personnalisé de Scolarisation - ne concerne que les enfants en situation de handicap et moi ben... J'ai des enfants valides)

Bon alors je peux les déscolariser et faire de l'IEF. Ah oui sauf que, de l'IEF quand on travaille, je sais pas comment ça s'organise moi. J'en fais quoi de mes enfants quand je bosse ???
Alors il faudrait que j'arrête de travailler... Sauf que je ne suis pas certaine d'en avoir les moyens. Pourtant j'essaye de réduire mes dépenses, de privilégier les systèmes alternatifs, de moins consommer, de viser les loisirs gratuits...
Bon après moi j'ai encore des excuses de merde : c'est juste que moi j'ai bêtement pas forcément envie de ne plus avoir de job et de passer tout mon temps à la maison avec mes enfants et que l'idée que mon époux irait se taper ses 40 heures hebdo + 2 heures de trajet avec les 3x8 comme un trimard pendant que je vis une vie cool avec les marmots ça me pose un cas de conscience. Et alors en plus j'ai acheté une maison avec un grand terrain pour tenter l'aventure de la permaculture agricole et que l'idée de vivre en HLM ça ne m'enchante pas. Et en plus manger bio et local (le plus possible) c'est important pour moi.
Mais une maman comme Charlie, célibataire avec un enfant à charge et une pension alimentaire qui ne couvre même pas le montant de ses courses du mois, elle est censée faire comment ?

Bon alors je peux les inscrire dans une école alternative. Mais alors là manque de bol, bouger comme ça à l'autre bout du pays pour trouver une école ça m'enchantait moyen. Et puis finalement les écoles sont venues à nous sauf que, vous allez dire que j'abuse mais 550€ par mois et par enfant c'est disons... un peu élevé pour moi. Surtout dans l'idée d'une école libre parce que, je suis psychorigide hein, mais payer 500 balles par mois pour laisser son enfant s'occuper comme il veut ça n'a pas trop de sens pour moi... Et comme je pinaille, le fait que l'immense majorité des écoles alternatives s'arrêtent après le primaire ça m'embête parce que moi je trouve le collège encore pire que la primaire et puis si ça pouvait aller jusqu'au lycée je trouverais pas mal....

Bon alors je peux monter cette école. Sauf que je suis décidément de mauvaise foi, moi j'aimerais bien faire une école qui soit accessible à tous et qui ne coûte pas un rein, voire les deux, pour que même les enfants des mamans comme Charlie y aient accès.
Après quelques témoignages d'école "pas chères", je me rends compte qu'elles ne sont pas chères parce que ... les enseignants y sont sous payés. Et moi, chieuse, ça me pose un souci éthique. 

Mais je pourrais être cet enseignant ! Ah oui sauf que, monter un projet d'école et prétendre enseigner aux enfants des autres comme ça, sans formation ni bagage, pas par vocation mais pour arranger mes petits projets personnels et faire payer des gens (chers) pour me payer un salaire (même minime), ça porte un nom ça non ? Ah oui ! Malhonnêteté.
 
Bon alors je peux trouver des parents qui ont aussi l'opportunité de prendre un temps partiel (une pratique tout à fait en vogue dans notre pays n'est-ce pas?) et faire du unschooling partagé....
...Et bien non je ne peux pas parce que la loi elle dit que :
"L'autorité de l'Etat compétente en matière d'éducation doit au moins une fois par an, à partir du troisième mois suivant la déclaration d'instruction par la famille, faire vérifier que l'enseignement assuré est conforme au droit de l'enfant à l'instruction tel que défini à l'article L. 131-1-1.
Ce contrôle prescrit par l'autorité de l'Etat compétente en matière d'éducation a lieu notamment au domicile des parents de l'enfant. Il vérifie notamment que l'instruction dispensée au même domicile l'est pour les enfants d'une seule famille."

Bon alors je peux faire une école sous contrat d'Etat ! Bon oui, ok, c'était pas mon idéal mais même en respectant les sacrosaints programmes de l'éducation nationale et ses horaires de cinglés, si on enlève les notes, les contrôles, les punitions, qu'on fait des classes d'âges mixtes, que les enfants peuvent s'instruire dehors le plus souvent possible, qu'on privilégie l'expérimentation, la pédagogie de projet, la recherche autonome, qu'on utilise des techniques issues des pédagogies actives, qu'on aménage des espaces repos, qu'on ouvre les domaines d'apprentissage, qu'on mette en place une gestion participative et démocratique, on peut déjà faire quelque chose de bienveillant en restant dans les clous. (Ce qui m'amène à penser, indécrottable et naïve utopiste, que l'école n'est absolument pas obligée, même en respectant son propre cadre, d'être ce qu'elle est aujourd'hui....). Et puis on serait aidés par l'Etat pour rémunérer les enseignants avec des salaires décents et on pourrait faciliter les allers retours avec l'école classique, tout en étant du coup plus accessible.
Eeeet encore raté ! Le contrat d'Etat ne s'obtient qu'après 5 années de vie de l'école. Mais donc pendant 5 ans on repart à la case école alternative. Et encore, ça c'est juste pour le contrat simple qui concerne les écoles primaires mais pour un niveau collège, c'est contrat d’association obligatoire et là il est soumis au fait que "un besoin scolaire reconnu doit exister" !!!

Bon alors elle en est où ma liberté d'instruire mes enfants comme je l'entends là ??? Elle est.... dans les limbes.
Bon vous allez dire, je baisse les bras facilement, je peux encore envisager de changer de pays, monter un projet professionnel qui me permette de concilier travail et instruction libre, sans aucun apport financier et sans la moindre idée en vue, je peux jouer au loto, je peux revendre ma maisonnette chérie et partir vivre dans une cabane en bois au milieu de la pampa (tentant mais pas sûr que Papa-san me suivrait...) ou dans une yourte... penser à d'autres choses auxquelles je n'ai pas pensé. Je continue de réfléchir à tout cela, d'envisager un tas de trucs, je creuse, je rencontre, je saoule mon homme avec mes idées à la con.
Toujours est-il que pour moi, en France, la liberté d'instruire, comme pas mal d'autres choses, en vrai elle est soumise au porte-monnaie et surtout accessible aux personnes qui en ont les moyens ou à celles qui décident de concéder à d'énormes sacrifices ou qui font des choix de vie hors norme.
"Liberté" n'est pas "facilité", hein ?
Mais ça c'est les jeunes d’aujourd’hui : ils veulent tout ! Ils s'imaginent que quand on dit "liberté d'instruire" il faudrait en plus qu'ils puissent vivre normalement ! 

Bon et vous, vous en pensez quoi ?
On réfléchit ensemble ? Parce que moi j'en ai un peu marre d’ouvrir des portes et de me les prendre en pleine poire. 

8 commentaires:

  1. Je passe par les mêmes étapes que toi , je tourne le problème dans tous les sens et ce n'est pas simple ... alors on y va à petits pas , on essaie de faire un compromis et on essaie tout de même d'entrevoir une éclaircie dans les projets! Mais voilà on rencontre des gens qui nous reboostent, et après on se prend les lois et les décrets et la réalité du terrain ... mais je m'accroche, tant d'école ouvre ailleurs, d'autres instruisent leurs enfants en trouvant des astuces, en changeant leur manière de vivre ... alors on continue à y croire et je suis certaine qu'une porte finira par s'ouvrir!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère. Mais comme tu dis, c'est un peu les montagnes russes....

      Supprimer
  2. OOOOuuuuh que tu es remontée !!! Ooooouh que je le suis avec toi.
    cette réforme m'énerve, m'énerve... voici que je suis sur le point d'entamer un machin qu'on s'obstine direct à vouloir me le saboter d'entrée. Avec des arguments et des objectifs tels qu'ils ne font que confirmer ma féroce envie de permettre à mes enfants d'avoir droit à autre chose que cette école dans laquelle on veut à tout force qu'ils passent les 15 prochaines années de leurs vies.
    Bref, de mon côté, cette année ça va déjà être le test du cumul IEF + boulot. Ensuite, je réfléchis au cumul d'IEF + casse de banque, y a moyen de s'associer si tu es partante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait qu'on en discute autour d'un bon thé ^_^.

      Supprimer
  3. Coucou, notre projet d'école démocratique d'écroule aussi dans le sens où trouver des locaux et des financements est un vrai travail de Titan... Une nouvelle porte s'ouvre (à laquelle je ne participerais pas car je ne veux plus m'éparpiller pour l'instant) est d'ouvrir une mini-école chez quelqu'un et de la déclarer comme telle. Plus accessible financièrement, plus réaliste, nécessite une association de un, deux ou trois parents à temps partiel.

    Bonne route !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mini-école.... Un projet hybride en somme mais légalement, je me demande comment on fait rentrer ça dans les clous.... Je me renseignerai.

      Supprimer
  4. J'ai aussi vu cette réforme, mais j'en apprends plus en lisant ton article. J'espère que tout ça ne nous polluera pas trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait mon article ne tient pas compte de la réforme, c'est ça le pire...

      Supprimer