Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mardi 28 juillet 2015

Le médiateur indispensable aux parents est…. Une peluche.

Lui, c’est Moumousse.


Moumousse est une marionnette qui a été confectionnée pendant mon enfance par les élèves de section couture de ma maman. J’y étais très attachée.

Oh ne croyez pas qu’il soit toujours attifé de la sorte ! Là c’était une après midi déguisement.
Et ne faites pas l’erreur de sous-estimer les capacités de Moumousse, car chez nous, c’est un acteur de la bienveillance très important.

Après l‘avoir laissé sommeillé des années une fois mon enfance passée, j’ai eu l’inspiration un jour de ressortir Moumousse parce que j’en avais marre de devoir faire semblant de manger tous les faux repas que ma fille me confectionnait avec amour. Succès total, Moumousse est devenu le glouton de nos séances de cuisine imaginaire.

Mais bien vite, il est devenu bien plus que cela. Minimog s’est spontanément mise à lui raconter un tas de trucs que j’écoutais d’une oreille attentive et surprise. Et de compagnon de jeu, Moumousse est vite devenu un confident.

Il se passe réellement quelque chose quand Minimog est mise en présence d’un personnage de la sorte. Elle se met à interagir avec lui beaucoup d’allant, comme si elle avait totalement oublié la main qui le dirige. Il se passe comme un « déclic » qui est très nettement perceptible.

Pourquoi je vous raconte cela ? Parce que c’est un outil très intéressant dans la gestion des conflits et des émotions.
Ce qu’un enfant ne peut dire à un adulte, il le confie volontiers à une peluche.
C’est pourquoi ces authentiques médiateurs permettent de renforcer l’interaction et l’échange avec les enfants sur des sujets banaux ou sensibles.
C’est d’ailleurs une technique qui est utilisée dans certaines brigades de mineurs en secteur police, notamment pour les cas d’abus sexuels. On utilise une poupée de chiffon neutre qui va servir soit d’interlocuteur, soit de moyen de projection pour l’enfant, pour montrer par exemple des parties du corps qu’il ne peut montrer sur lui-même.

Sans aller jusque-là, il me suffit de m’installer « à table » avec Moumousse et de commencer par « Bonjour Minimog, comment vas-tu aujourd’hui, ? » pour voir ce qu’il en ressort. Parfois rien de spécial, parfois c’est juste un petit bobo, parfois c’est une émotion, parfois c’est une tranche de vie. Mais c’est toujours intéressant pour moi (qui suit au bout de Moumousse, je le rapelle) et je pense que Minimog y gagne à parler de toutes ces choses, qu’elle nous transmet beaucoup plus difficilement par ailleurs.

Ces personnages exercent une réelle fascination sur les enfants quand on leur donne vie.
J’ai pu le tester il y a peu en allant chez le médecin. L’attente était longue et j’avais épuisé mon stock d’idées pour occuper Minimog. J’ai alors visé un gros nounours entreposé dans un coin. Quand j’ai proposé à Minimog de jouer avec il ne l’a pas intéressé, mais quand je lui ai donné vie en le faisant descendre de sa table de façon clownesque, le déclic a eu lieu.
Là encore, rien de bien compliqué, n’allez pas chercher l’inspiration trop loin, il m’a suffit de dire « Bonjour Eloïse mais qu’est-ce que tu fais là ? » et hop c’était parti. « Tu vas chez le docteur ? Ah bon ? Tu es malade ? Aaah tu as vomi ? Oh oui c’est pas drôle ça. Et tu as mal au ventre ? Aaah bon ! Ça te brûle dans ton ventre ? Et qu’est-ce que tu crois que le docteur va te faire ? Il va prendre son stéthoscope ? Et tu sais à quoi ça sert ? Aaah, il va regarder dans tes oreilles tu crois ? Et dans ta bouche aussi ? ». Ce qui m’a d’ailleurs permis de faire un check up sur les symptômes qu’elle ressentait, et d’évoquer ce qui allait se passer de l’autre côté de la porte.

Un autre petit garçon qui jouait à côté s’est mis à délaisser son occupation pour nous regarder puis il s’est inclus dans le jeu en apportant à manger pour le nounours et bientôt c’est 2 enfants captivés que j’ai occupé avec cette peluche, au point qu’une fois notre tour arrivé, Minimog a eu du mal à s’en défaire.
Si elle avait angoissé sur sa visite, j’en aurais profité pour la faire s’exprimer là-dessus (en douceur bien sûr, il ne s’agit pas de harceler l’enfant de questions mais d’ouvrir des portes pour l’inviter à parler). Je suis certaine que ça aurait mieux fonctionné que tous les « Mais si, ça va bien se passer, tu verras le docteur il est gentil » du monde.

Autre cas, dont d’ailleurs Charlie fut témoin : nous étions chez une amie dans sa piscine et Minimog m’a mordu avec force, sans raison apparente. Quand j’ai cherché à savoir pourquoi elle avait fait ça, elle m’a répondu : « je ne peux pas le dire ». « Bon, alors est-ce que tu pourrais le dire à Petite‘bête ? ». « Petite‘bête » c’est une invention de papa-san, bien pratique quand on est à moitié à poil dans l’eau : c’est notre main, pliée en bec d’oie pour faire une bouche ! Petite‘bête est à la base un instrument de chatouille mais si on a rien sous la main, aussi surprenant que ça puisse être, ça fonctionne très bien !
Minimog s’est mise à parler à ma main, alors qu’elle ne pouvait parler à ma tête.

Ma mère aussi a été témoin du rôle de Moumousse à la maison, elle qui a bien connu cette peluche, elle n'en revenait pas.

Dernier rôle intéressant, lors des jeux d'imitation auxquels Moumousse participe souvent, c'est un bon moyen pour moi de faire réagir Moumousse selon les valeurs en vigueur à la maison. Là encore, sans tomber dans la morale déguisée, l'exemplarité de Moumousse agit, j'en suis persuadée, aussi efficacement (plus ? Arg!) que la notre. 

Et chez vous, ça fonctionne aussi ?

1 commentaire:

  1. Je ne sais pas de quand date cet article, mais j'espère qu'il a été beaucoup lu! Chez nous aussi certaines peluches, doudous et marionnettes mettent les manteau, pantalon, gilet etc de ma fille qui ne veut pas s'habiller, permettent de patienter partout... ça en devient crevant parfois car bien sûr même quand moi je n'en ai pas besoin ma fille veut "parler à Doudou". N'empêche que la capacité d'oublier à qui appartient la main qui tient la peluche (et la voix!) est incroyable.

    RépondreSupprimer